LA REEDUCATION FONCTIONNELLE DE LA RUPTURE DU LCP 

Le LCP, avec le LCA, forme donc le pivot central du genou (voir le shéma ci-dessus).
Il s’oppose au mouvement de tiroir postérieur (recul exagéré du tibia/fémur), et participe avec les formations capsulo-ligamentaires postéroexternes à la stabilité postérieure du genou.

La rupture du LCP fait souvent suite à un traumatisme violent (accident du tableau de bord, par un choc de celui-ci sur le tibia, genou fléchi, ou hyperflexion du genou pendant la pratique du sport…)

Beaucoup moins fréquente que celle du LCA (10% des cas de ruptures), cette lésion n’en est pas moins à prendre en considération, du fait des « désagréments » qu’elle génère (douleur, enflure, instabilité du genou…), et compte tenu qu’elle s’accompagne souvent de lésions méniscales et douleurs rotuliennes à plus ou moins long terme…
Cette rupture est souvent diagnostiquée rapidement, mais parfois tardivement, chez un patient souffrant d’arthrose du genou, initiée par ce traumatisme.

Comme dans le cas du LCA, il y a deux traitements possibles:

– Le traitement fonctionnel, c’est à dire la rééducation, que nous verrons ci-dessous…

– La chirurgie du LCP, suivie bien entendu de rééducation. 
(Pour les termes un peu  » techniques », aller à la page « méthodes de renforcement musculaire« ).

Ce traitement fonctionnel est très fréquemment préféré à la chirurgie, car la tolérance de cette lésion sur le plan fonctionnel est souvent satisfaisante au terme de la rééducation…

On propose par contre à distance une chirurgie secondaire face à la survenue tardive de phénomènes arthrosiques ou d’instabilité trop génante.


Cette rééducation suite à une rupture du LCP du genou est semblable à celle du LCA, avec des principes inverses:

Ne pas solliciter le tiroir postérieur, et favoriser le travail du quadriceps, qui lutte contre ce tiroir.
On préférera le travail en chaine fermée du membre inférieur qui, comme on l’a vu plus haut, met en jeu des co-contractions quadriceps/ischios-jambiers, évitant les forces de cisaillement, agressives pour le genou.

Dans un premier temps, (phase inflammatoire), comme pour le LCA, on va lutter contre la douleur, faire dégonfler le genou par cryothérapie, électrothérapie, et prodiguer les conseils bien connus (ne pas piétiner, surélever la jambe en position assise …)

Ensuite, renforcement musculaire; les ischios uniquement en co-contraction avec le quadriceps (PAS DE CHAINE OUVERTE DES ISCHIOS !), renforcement du quadriceps, en chaîne ouverte (0° à 70°), travail du mollet;

– Enfin, une rééducation proprioceptive adaptée sera bien entendu indispensable, avant le réentrainement à l’effort et le retour sur le terrain…

 

YouTube
LinkedIn
Share
Instagram